lundi 24 juin 2013

Only know you've been high when you feeling low



.Se souvenir.
.             Se souvenir. 
.                           Se souvenir.
.                                          Sourire.
Sourire.   
Sourire.                                          .
Regretter.                          .
Regretter.             .
Regretter.

Tout ce  dont il faut ce souvenir, c'est du sourire. Pour essayer de ne plus rien regretter.

Moi

"Staring at the ceiling in the dark
same all empty feeling in your heart"

samedi 22 juin 2013

Il y a des jours comme ça...

"With my head in my hands
I sit and cry"

Ce n'était pas cet article là que je pensais écrire. Je devais parler d'un second moi, que j'ai du laissé posé un peu avant de l'exprimer. Mais certains événements modifient les projets, alors modifions.
Il y a des jours comme ça, où l'on vit parmi les questions et les interrogations sans réponse. Ces jours là où les regrets et les "et si" nous hantent. Ces même jours où la fatigue et un prétexte convenable pour justifier notre apparence bizarre. Toujours ces jours où l'on veut juste être seul dans le calme et le silence et où on a l'impression que tout autour de nous s'acharne. Aujourd'hui est un jour comme ça.
Il y aurait de quoi écrire des pages. Mais maintenant que je suis là à écrire, je ne vois plus trop quoi dire.
Parfois, j'aimerais juste remonter le temps, changé des petites choses, notamment des décisions. Je sais, c'est la définition du regret. Il parait que je donne trop d'importance à mes regrets, ça se saurait non ?
Bref, même si ça risque d'être compliqué les prochains jours (semaine ?) ça m'a fait très plaisir de te revoir enfin, de voir que tu avais changé et d'avoir échangé ces quelques mots. Je vais essayé de me contenter de ça et puis on se reverra peut - être une prochaine fois. Et puis sinon tant pis. Sois heureux.

"Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si
le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants"


mardi 18 juin 2013

Désenchanté


Je crois que j'ai grandit. Quand on me parle d'espoir je pouffe. Quand on me demande ce que j'espère faire plus tard, je crois que je n'en ai plus rien à foutre. Je continue d'essayer, mais j'ai perdu la flamme. 
C'était magique. Il y a quelques mois j'aurais était intenable, un vrai gamin. Là j'ai juste apprécié le moment. Une fois sorti, tout était comme avant. 
Je ne parle pas du deuxième moi, mis malencontreusement dans la valise, qui a essayé de prendre le dessus tout le week end. Je parle du moi principal, qui a adoré sa journée mais qui s'est retrouvé comme un con, se rendant compte qu'il était vide de tout espoir. On a trop tiré sur la corde comme dit. 
"Tout commence par le rêve". Il y a de ça quelques mois cette phrase aurait tourné dans ma tête comme une énergie renouvelable. Aujourd'hui, elle résonne dans ma tête comme le regret d'une période où j'avais encore confiance en l'avenir.
Finalement c'est peut - être vrai. Tout le monde grandit.

Moi

" Il est tard tu ne dors pas encore, tu as peur de tous tes rêves
à chaque instant tu maudit ton sort et tes souvenirs t'achèvent"


vendredi 7 juin 2013

Tout n'est qu'une question de résultats



Je passe juste rapidement pour vous confier mes craintes.
Une semaine jour pour jour après avoir échoué sur un premier point de cette fin d'année je crains de voir se répéter le schéma de l'année dernière. Souvenez vous, il y a un peu moins d'un an je réalisais que l'été approchait et qu'il amenait avec lui mauvaise nouvelle sur mauvaise nouvelle.
Dans 19 jours, mes craintes seront confirmées ou infirmées et face à ce compte à rebours, la peur grandit.
L'année dernière, j'aurais pu me rassurer en me persuadant que j'en avait malgré tout bien profiter toute l'année, mais aujourd'hui ? A quoi me raccrocher ? S'attendre aux mauvaises nouvelles ne permet pas forcément de mieux les encaisser... Comment vais - je réagir ? Tout le monde me demande comment je le sens, je n'arrive même pas à le savoir. C'est le flou dans ma tête et le stress monte. Pour finalement quoi ?
Recommencer.
Encore.

Moi 

"Sans aucun doute, j'imagine la déception apporté par cette décision. 
Je souhaite qu'elle n'altère en rien votre passion et vos envies de réussir" 

PS : du nouveau dans "Admiration"

dimanche 2 juin 2013

Sans lumière j'ai peur de tomber


Le petit enfant triste, c'est fait. Les rêves ont été passé en long en large et en travers, tout comme mes plaintes et regrets. Ma multipolarité et ma solitude ne sont plus des secrets pour personnes. J'ai l'impression de vous avoir tout dis tout donner. C'est la sensation que j'ai chaque fois que j'écris un article ici. J'ai également la sensation que j'ai en ce moment. D'être vidé. Comme une éponge essorée jusqu'à la dernière goutte. Je me sens en même temps déçu, énervé, triste et surtout coupable. Je pourrais écrire des pages pour  décrire la triste vérité mais je vais plutôt attendre quelques jours que toute la rancoeur que j'éprouve en ce moment s'en soit aller. Dans ce même intervalle de temps, je me serais probablement ré-enfermé dans un un rêve qui me permettra de tenir un an de plus avant d'être à nouveau brisé. Comme un cercle vicieux. Un cercle vicieux dont ma faiblesse m'empêche de me libérer.  
Tout ce dont 'ai eu envie tout au long de cette journée, c'est d'enfin me retrouver seul dans ma chambre et au calme pour pouvoir versé tranquillement quelques larmes. En cet instant précis, étant tranquillement dans ma chambre (enfin). Je ne suis vraiment pas en état pour un débriefing que soit au niveau performance  projet ou psychologie. Je vais tout simplement m'arrêter là. Je voulais juste vous faire part, à chaud, de ma peine. La citation sera certainement bien plus parlante. 

"Au fil des saisons, n'oubli jamais comment j'étais, 
Pour moi, c'est la fin, je suis fatigué
Je ne suis plus rien, rien qu'un coeur blessé.
Rien qu'un soldat, 
qui a livré son ultime combat.
Jusqu'au dernier soupir...
Emmène moi, ou laisse moi mourir."